Nous allons attaquer un gros morceau qui suscite nombre de questions et d'étonnements lorsque l'on commence à s'intéresser aux dolls et d'autant plus si on souhaite s'en procurer une.

Le silicone, le TPE ?
Kézako ?
Comment et pourquoi une doll à priori de la même taille peut autant voir son prix varier ?
Qu'est-ce qui justifie cette différence de prix ?
Une doll en silicone, c'est forcément mieux ?
Mais qu'est-ce qu'il me faut en fait ?
Aaarrrrrhhhhhhgggggg !!!
Tant de questions existentielles restées sans réponse !!!

Avant toute chose, le présent article n'a pas pour vocation ni ambition d'être la seule vérité ni une référence absolue.

Il est le fruit d'expériences personnelles, de multiples dolls que j'ai pu avoir et croiser au gré de mes pérégrinations.
Il existe autant de types de silicone et de TPE qu'il y a de marques de dolls, parfois il existe même plusieurs types de silicone au sein d'une même marque.
Il est donc rigoureusement impossible d'être exhaustif.
Il faut prendre ces quelques bafouilles pour une base permettant d'y voir plus clair et en dégager des tendances.
Ce qui pourrait éviter de tomber dans le piège des offres trop alléchantes pour être vraies.
Et il y en a pléthore...

Silicone, TPE et positionnement en gamme
Silicone, TPE et technologie
Silicone, TPE et usage


Silicone, TPE et positionnement en gamme

On entend souvent dire que silicone est synonyme de haut de gamme.
On entend aussi le discours de vendeurs qui qualifient certaines de leurs poupées en TPE de haut de gamme.
Si le premier point est sujet à discussion (nous y reviendrons plus bas), le second est sans appel :
Les dolls en TPE haut de gamme, ça n'existe pas !

Le procédé de fabrication de dolls en TPE ne permet pas de s'approcher des dolls en silicone faites dans les règles de l'art.
Parce que ce serait trop simple si certains fabricants ne brouillaient pas les pistes.

Il y a bien sûr plusieurs gammes de dolls en TPE, plusieurs niveaux de fabrication et de prix.
Les meilleures d'entre elles ne sauraient tenir la comparaison avec les dolls en silicone (les vraies, donc ? ) valant 2 à presque 4 fois leur prix.

Donc si je comprends bien le TPE haut de gamme au sens strict du terme, ça n'existe pas ?
Mais qu'en est-il du silicone ?
C'est forcément mieux ?

Et ben non, ce serait trop simple. ?
Certains fabricants bien malins se sont bien sûr appropriés le raccourci silicone = haut de gamme pour proposer des dolls en silicone au prix de certaines dolls en TPE.
Ceci n'est qu'un argument marketing douteux.
Il y a effectivement de quoi en perdre son latin.

Une règle simple :
A prix égal, privilégier le TPE au silicone !

Une doll en silicone proposée à prix sensiblement égal à celui de la même en TPE accumulera les défauts des deux matériaux sans les avantages.
Vous vous retrouverez donc avec une doll en silicone certes mais qui n'aura pas la technicité lui permettant d'aborder sereinement les épreuves du temps.
Elle présentera des risques de déchirure de son silicone sans offrir le moelleux du TPE qu'elle prétend remplacer avantageusement.


Silicone, TPE et technologie

Nous allons entrer dans le vif du sujet, celui qui permettrait de justifier – ou non – le prix de sa dulcinée.

La différence entre une doll en TPE et une autre en silicone ne se résume pas à sa surface cutanée.
Ce serait même la partie visible de l'iceberg.
Non... la vraie différence est dans ses entrailles.
Après tout, la véritable beauté n'est-elle pas intérieure ?

Précurseuses du mouvement doll, elles ont posé les bases et donné leur lettres de noblesse aux poupées réalistes que l'on connaît aujourd'hui : les dolls en silicone.
Véritable concentré de technologie, une doll en silicone se compose schématiquement de 3 composantes essentielles que l'on pourrait résumer à ceci :

Son enveloppe extérieure en silicone donc, que l'on pourrait comparer à notre peau et notre chair.
Il existe plusieurs types de silicone, le plus usité et celui qui compose la majeure partie des dolls du marché est le silicone Platinum.
S'il est un gage de qualité, il n'est pas non plus synonyme de qualité sans faille.
Au toucher, le silicone peut se suffire à lui même.
Il est néanmoins conseillé de poudrer sa chérie (talc ou fécule de maïs) pour lui octroyer une douceur maximale.

Sous notre peau et notre chair, ce qui nous donne de la souplesse ou au contraire de la dureté : ce sont nos muscles.
Une poupée en silicone reproduit cette partie de notre anatomie avec le procédé au nom barbare de petit body.
Ce sont en fait des mousses internes, liées au silicone.
Rendant la poupée souple à certains endroits et plus dure à d'autres.
Il peut aussi contribuer à rendre la poupée plus légère, sa masse volumique étant moindre que celle du silicone.
L'intérieur des cuisses, le ventre et bien sûr la poitrine et les fesses ont donc une mollesse différente.
Cette partie est en fait celle qui est la plus importante dans une doll en silicone et nécessite une grande maîtrise technologique.
Elle doit être parfaitement liée au silicone, les matériaux devant être en cohésion totale sous peine de déchirement du petit body, de décollement du silicone qui pourrait entraîner des étirements voire une rupture de celui-ci , etc...
Le petit body nécessite un autre moule, distinct de celui de la poupée en elle-même.
De même il ne doit pas être trop dur pour un maximum de confort, mais il ne doit pas être trop souple sinon le silicone se défibrera.

Le plus dur est de trouver le bon compromis.
On comprend donc mieux ce qui peut coûter cher dans une doll en silicone « bien faite ».
Celles proposées à un prix comparable au TPE se passant de ce petit body essentiel et... cher.
Les conclusions de son absence se tirent d'elles-mêmes.

Enfin, le squelette.
Ici il n'y a pas de règle prédéfinie.
Chaque fabricant a sa propre conception, ses propres procédés mécaniques.
Certains ne font que des dolls souples, d'autres des rigides, d'autres proposent les deux options et encore d'autres peuvent plus ou moins serrer leurs articulations à la commande selon suivant l'usage que vous souhaitez en faire.
Il faut toutefois savoir que le squelette des dolls en silicone est généralement plus fiable que celles en TPE.
De part leur conception mécanique, du fait du procédé de fabrication de la poupée (moins ou pas de risque que le silicone / petit-body ne pénètre les articulations) et enfin de part les matériaux utilisés : le silicone étant incompressible il sollicite moins le squelette.
A noter que cette incompressibilité est également source de contraintes : il faut en effet prévoir des chambres de décompression, par exemple sous les aisselles lorsque que l'on sert les bras d'une poupée contre son corps.

L'avènement des poupées en TPE est également celui des poupées à petit budget.

Il existe autant de formules de TPE que de fabricants, sans même aborder la maîtrise de fabrication des différents ateliers.
A noter qu'une doll en TPE devra obligatoirement être poudrée (talc ou fécule de maïs) pour être agréable au toucher.
Et dans ces conditions elle peut même être très agréable à caresser.

Une doll en TPE se résume à deux composantes :
Son enveloppe est entièrement composée de TPE, ici pas de petit-body, de densités différentes, rien.
TPE et squelette sont tout ce qui fait une poupée TPE.

Le squelette est également propre à chaque fabricant, certains allant jusqu'à remplacer une liaison mécanique de type tige filetée, écrou/contre-écrou par une simple soudure à même la rotule.
Nous passerons sur la section de tube utilisée.
Le jour où ça pète...
Tous les fabricants de dolls en TPE ne sont pas à mettre dans le même panier, bien heureusement.
On peut s'offrir une chouette petite choupinette à un prix raisonnable (comptez 2000 Euros au minimum chez un revendeur réputé pour être tranquille) qui vous offrira pleine satisfaction.

Tout en gardant à l'esprit qu'elle n'est pas prévue pour un usage intensif et quotidien.
Et qu'il ne faudra en aucun cas la comparer à une doll en silicone.

Mais après tout peu importe, une doll c'est comme une femme : on l'aime pour ses qualités et surtout pour ses défauts.


Silicone, TPE et usage

Nous l'avons vu, une doll en TPE ne saurait tenir la comparaison avec une de ses sœurs portant fièrement son pedigree de bombe siliconée.

Selon leur usage, elles ne sont pourtant pas dénuées d'intérêt.
En règle générale, à part quelques modèles dotés des toutes dernières évolutions de silicone, elles sont plus moelleuses et sont par conséquent des maîtresses très prisées.
Il faut faire attention à certaines dolls qui peuvent avoir des parties intimes placées « bizarrement » , faire très attention lors des manipulations et être le plus doux possible avec elle.
Si toutes ces conditions sont réunies, elle pourrait bien être votre plus belle nuit torride.
De même, le TPE étant plus élastique que le silicone, les rebondissements de sa poitrine au moindre mouvement a de quoi rendre fou.

Pour la compagnie, le TPE peut également vous permettre d'avoir une poupette à moindres frais.
Il faudra juste faire attention à sa manipulation bien-sûr mais également à son stockage.
Elle ne pourra rester assise que quelques jours (sur une assise molle, les chaises en osier sont à proscrire absolument ! ) sous peine de risquer des déformations. Idem pour une position debout (pour les modèles équipés de renforts sous les pieds) où ne pas dépasser 24 heures dans cette position éviterait bien des risques.

Elles peuvent aussi convenir à la photo de façon modérée.
Les multiples manipulations et changements de tenues (attention aux déteintes plus fréquentes que sur le silicone) nécessaires à cet exercice étant autant de risques potentiels de lui faire bobo.


Les dolls en silicone ?
Elles peuvent tout faire ou presque.
Certaines d'entre elles ayant maintenant un silicone à la souplesse comparable au TPE, elles comblent le défaut qui était pourtant - soi-disant - leur usage à la base et faisant d'elles de vraies bombes sexuelles.

Plus facilement manipulables, moins fragiles, moins contraignantes mais aussi plus chères et plus élitistes ; elles représentent une sorte de Graal dans ce petit monde de la doll.
Certaines d'entre elles pouvant être littéralement qualifiées d’œuvre d'art.

Tout est affaire de compromis, de budget (au grand minimum 3000 Euros pour une doll en silicone de 1,45m et allant jusqu'à 7000 Euros voire plus) , d'attentes, d’investissement personnel.
De passion en somme.

La doll qu'il vous faut, en silicone, en TPE ?
La passion a ses raisons que la raison ignore, gardez bien à l'esprit que votre dulcinée est celle qui fera battre votre cœur à chaque fois que vous croiserez son regard.

Tout le reste n'est que technique et matérialisme.


Source : Le monde de Cherry 
Merci à nibuko pour sa contribution.